« DREAMSCAPE » : UN CAUCHEMAR INQUIÉTANT !

Corbeau d’Or au Festival international du film fantastique de Bruxelles en 1985, Grand Prix du Festival international du film fantastique d’Avoriaz la même année, « Dreamscape » est un classique du registre fantastique, à l’époque en vogue.

Réalisé en 1984 par Joseph Ruben, « Dreamscape » combine plusieurs genres. Thriller politique, science-fiction, fantastique et même horreur, le film fait tourner la tête et se situe à la frontière du rêve. En effet, il se déroule autour d’un projet scientifique top-secret supervisé par le gouvernement qui vise à interconnecter deux individus afin que l’un intègre les cauchemars de l’autre afin de le délivrer de ses angoisses.

Alex Gardner (Dennis Quaid), jeune homme doué de capacité télépathique et en galère d’argent est appelé à rejoindre le programme par le docteur Paul Novotny (Max von Sydow). Alex va finir par découvrir que Bob Blair (Christopher Plummer), responsable du projet, cherche à s’approprier le procédé pour de plus sombres dessins. Alex, va alors essayer de tout faire pour déjouer le complot politique qui se profile contre le président des États-Unis, surtout si l’on en croit l’adage qui dit que lorsque l’on meurt dans ses rêves, on meurt réellement.

Pur produit des années 80, les effets spéciaux ont malheureusement légèrement vieillis même si le domaine des rêves reste assez bien représenté. C’est en effet une véritable immersion dans le monde des songes qui s’offre à nous. Concernant la prestation de Kate Capshaw qui interprète Jane DeVries, celle-ci frôle la médiocrité comparée à celle de Dennis Quaid, qui joue un personnage teinté d’humour à qui on s’attache. Il faut dire que le film tient la plupart de ses promesses en offrant un scénario captivant et riche en rebondissement qui va crescendo jusqu’à la dernière minute.

Le héros va être pris dans un parfait engrenage diabolique, plein de suspens, dans l’univers vaste et complexe qu’est le domaine des rêves. « Dreamscape » est passé inaperçu à sa sortie, il est donc à découvrir en Blu-Ray/DVD chez Carlotta Films. En bonus, un entretien avec Dennis Quaid.

Le dynamisme combiné à l’humour fait passer un moment agréable devant ce film de série B qui va se révéler être la source d’inspiration évidente du célèbre « Inception » de Christopher Nolan.